Vieillir encore, à quoi bon ?

Publié le par Florence

 

coucher.jpgMonsieur R. n’a pas le moral aujourd’hui. Une vieille douleur à l’épaule s’est réveillée et l’a empêché de dormir. Il la sent, tapie dans son articulation. Qu’il s’active dans son petit jardin ou qu’il reste assis dans son fauteuil à regarder la télévision, elle est là. Sourde. Tenace. Pour ne pas dire emm…ante !


– À mon âge, c’est normal d’avoir mal un peu partout, s’excuse-t-il. Mais c’est fatigant.


Lui d’habitude enjoué et souriant, toujours prêt à plaisanter, me regarde aujourd’hui d’un air grave.


– J’ai 90 ans, vous savez. Autour de moi, il n’y a plus personne de ma génération. Alors vieillir encore, à quoi bon ? Pour continuer à voir mourir de plus jeunes que moi ?


Il prend néanmoins la peine de me rassurer : jamais il n’attentera à ses jours. Mais la mort ne lui fait pas peur. Au contraire, il l’attend. Ils se sont entr’aperçus souvent, tous les deux. Il saura la reconnaître. Et l’accueillir comme il se doit.


– Ce sera ma dernière copine !


D’en parler lui redonne même le sens de l’humour.

 

Quelque chose à ajouter ? Merci de commenter cet article à sa nouvelle adresse !

Publié dans Tranches de vie

Commenter cet article

Joëlle Moreau 29/03/2011 18:14


Bonsoir.Je tombe sur votre blog grâce à "en-aparté" où je lisais par hasard un autre entretien.J'ai 53 ans, je suis prof de fçais-latin, je reviens habiter cet été en Bretagne après quatre ans de
dispo pour suivre mon mari militaire et en dehors de mon métier d'enseignante que j'espère pouvoir reprendre à mi temps,rêve depuis lgtmps devenir écrivain public, aimant écrire plus que tout et
parler avec les gens... Comment procéder pour savoir si je ferais l'affaire et surtout si qqn fait déjà ce métier là où je vais? Y a -t-il un annuaire? Qui dois-je rencontrer localement? Faut-il
contacter le maire ou un autre élu? Où se former, où se faire déclarer car je suppose (espère!) que ce n'est pas du bénévolat, car je vais avoir besoin de travailler? J'ignore si vous aurez le
temps de me répondre, si oui, merci d'avance et bravo pour votre entretien et également votre blog. Cordialement.


Florence 30/03/2011 11:33



Bonjour Joëlle,


En aparté : excellent choix, c'est un blog que je visite régulièrement. Je n'ai
malheureusement pas le temps de lire tout ce que j'y découvre !


Sinon, pour répondre à vos questions, le mieux serait sans doute de passer par le formulaire de contact du blog (accessible tout en bas, ou dans le pavé Présentation, à droite) car ici,
cela va être un peu long.


Quelques premiers éléments quand même...


Sur le site du GREC (GRoupement des Ecrivains Conseils), vous trouverez un annuaire des membres. Ce ne
sont pas les seuls professionnels qui existent, mais ils en représentent déjà une bonne part.


Depuis la Bretagne, pour vous former, il n'y aura guère que le CNED, qui propose un module écrivain public. Sinon, il existe une licence professionnelle à Paris et un DU à Toulon.


Le statut le plus courant des écrivains publics est celui de travailleur indépendant, en profession libérale. Mais depuis son apparition, en 2009, de nombreux candidats préfèrent le statut
d'autoentrepreneur.


Il y a aussi des écrivains publics bénévoles...