Des cours d'orthographe à l'université ?

Publié le par Florence

 

amphi.jpegLe mois dernier, il a été beaucoup question dans les media de cette décision prise par une vingtaine d’universités françaises : dispenser des cours d’orthographe. Que faut-il en penser ?


Les bases de l’orthographe (et de la conjugaison et de la grammaire) sont censées être acquises à l’école primaire et consolidées au collège. Au lycée, déjà, il ne devrait plus être nécessaire de les retravailler. Les étudiants sont tous bacheliers ; comment se fait-il que certains d’entre eux aient besoin d’un soutien dans cette discipline ?


Une valeur en chute libre


La façon dont l’orthographe est traitée à l’école primaire me laisse parfois rêveuse. En effet, il ne faudrait plus corriger systématiquement les erreurs des élèves, ceci afin de laisser leur créativité s’exprimer. L’important, c’est qu’ils écrivent ! Certes, il faut donner le goût de l’écrit aux enfants. Mais faut-il pour autant bannir toute exigence ? Les dictées n’ont plus la cote, ou alors elles sont ciblées sur un type d’erreurs précis : l’accord des participes passés, par exemple. Dès lors, s’il manque un « s » à un adjectif au pluriel, on ne comptera pas la faute… Résultat : en entrant au collège, la plupart des élèves ont un niveau catastrophique en orthographe. Le problème, c’est que son apprentissage ne fait plus partie du programme. Délaissée en primaire, considérée comme déjà acquise au collège, l’orthographe n’est-elle pas finalement étudiée nulle part ?


Ajoutons à cela l’habitude des adolescents de communiquer par SMS – où chaque caractère compte – et on comprend pourquoi certaines universités ont pris la décision d’essayer de pallier les manques.


C kom sa…


Il est un fait que l’on ne peut pas nier : il est nécessaire de savoir s’exprimer correctement par écrit – un minimum – pour intégrer le monde de l’entreprise. La première « carte de visite », c’est l’ensemble formé par le CV et la lettre de motivation. Des documents qui partiront vite au panier s’ils sont constellés de fautes d’orthographe.

 

Heureusement, il est toujours possible de s’améliorer… ou de faire appel à un professionnel pour relire ses propres écrits !

 

Quelque chose à ajouter ? Merci de commenter cet article à sa nouvelle adresse...

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Carla 19/12/2010 23:18


En effet, il ne faudrait plus corriger systématiquement les erreurs des élèves, ceci afin de laisser leur créativité s’exprimer. L’important, c’est qu’ils écrivent !

???!!!

Je n'ose demander de quelle source proviennent ces propos. Je comprends mieux pourquoi nos adolescents se moquent de nous quand on essaie de souligner les fautes d'orthographe dans les devoirs...


Florence 19/12/2010 23:35



S'ils se moquent, rappelez-leur que - contrairement à ce qu'ils pensent - tout le monde ne comprend pas leur langage SMS. Et que même lorsqu'il est compris, il n'est pas forcément apprécié. Ce
qui ne peut que les desservir ! C'est un combat de longue haleine, mais qui porte ses fruits.



Mylène 23/11/2010 18:56


Je vous rejoins tout à fait et j'ajoute que le problème vient également des enseignants. Force est de constater que je suis obligée de corriger les leçons de mes enfants que ce soit au collège ou à
l'école primaire !
Il se trouve que mes compétences d'écrivain public et de formatrice me permettent de les aider à progresser en français mais qu'en est-il des parents qui ne sont pas en mesure d'aider leurs enfants
?


Florence 23/11/2010 21:06



En effet, Mylène, nos expériences se rejoignent : il n'est pas rare de devoir corriger les commentaires des professeurs sur les copies. Le pire étant peut-être de voir certains professeurs de
français baisser les bras dès la 6ème et considérer qu'il est normal que les élèves fassent des erreurs...