Est-ce que ça va ?

Publié le par Florence

stethoscope.jpg

 

Pas un jour ne passe sans qu’on me pose la question banale par excellence : « ça va ? »


En temps normal, j’y réponds sans y penser. Par l’affirmative le plus souvent. Par la négative quand je suis vraiment malade. Par un « ça pourrait aller mieux » lorsque je suis entre deux. En tout cas, j’ai toujours une réponse toute prête. Évidente.


Toujours, sauf en ce moment.


Ma mère est morte le mois dernier. Je l’avais déjà évoqué sur ce blog. À ce moment-là, les choses étaient claires : j’allais mal. Depuis, plusieurs semaines ont passé. Je suis de nouveau capable de rire. Je n’ai plus des tonnes de mouchoirs en papier dans les poches. Il m’arrive de plus en plus souvent de penser à elle sans souffrir. Mais est-ce que je vais bien ?


J’ai beau réfléchir à la question le plus honnêtement possible, je n’en sais rien. Ces deux petits mots me laissent complètement désemparée, comme un élève face à son professeur quand il n’a aucune idée de ce qu’il doit répondre.


Le plus souvent, je m’en sors par une pirouette. Ou je finis par répondre « oui », par habitude.


Pour me convaincre ?

 

Merci de commenter cer article à sa nouvelle adresse !

Publié dans Tranches de vie

Commenter cet article

christiane lesage 14/03/2011 17:38


Il faut laisser le temps au temps ... facile à dire, beaucoup moins à faire, je vous l'accorde. Je peux comprendre vos sentiments d'impuissance et de grande solitude. Ma maman, en sursis depuis un
an, connaît la déchéance du corps et parfois de l'esprit. Il m'arrive de penser qu'il serait sans doute préférable pour elle que le temps s'arrête une bonne fois pour toute... Comment supporter de
la voir souffrir et dépérir sans espérer sa délivrance ? Quels seront mes sentiments quand elle sera partie ? J'imagine que vos souvenirs vous aident à avancer, car demain sera un autre jour
...
Amicalement.
Christiane


Florence 15/03/2011 10:50



Bonjour Christiane,


Certains souvenirs m'aident à avancer. D'autres, au contraire, me replongent dans ce douloureux passé récent. Je ne sais toujours pas si "ça va", mais pour avoir discuté hier soir au téléphone
avec une de mes soeurs, je sais que ne suis pas la seule à vivre les choses de cette façon. C'est très réconfortant.


Il est tout aussi réconfortant de trouver vos messages réguliers sur ce blog. Merci à vous !